Trois physiciens et une physicienne de l’INP ont été récompensés par l’American Physical Society Fellowship

Distinction

Le programme « American Physical Society (APS) Fellowship »1 est une récompense prestigieuse remise chaque année à des membres de cette société savante qui ont, par leur activité de recherche, d’enseignement ou encore leur engagement au sein de l’APS, contribué de manière significative à l’avancement et la diffusion des connaissances en physique. Cette année trois physiciens et une physicienne révélant de laboratoires de l’Institut de physique du CNRS ont reçu cette distinction.

  • 1. Programme de bourse de La Société américaine de physique (en anglais American Physical Society, APS) qui est une société savante, basée aux États-Unis, et qui a pour objectif de faire avancer et diffuser les connaissances dans le domaine de la recherche scientifique en physique.

Denis Bartolo (ENS de Lyon) LPENSL

Denis Bartolo est professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon et chercheur au Laboratoire de physique de l’ENS de Lyon (LPENSL, CNRS/ENS de Lyon). Après avoir fait ses études à L’ESPCI Paris, il obtient une thèse en physique théorique à Sorbonne Université en 2003. Il est nommé ensuite maître de conférences à l'Université de Paris au Laboratoire de Physique et mécanique des milieux hétérogènes (PMMH, CNRS/ESPCI Paris/Sorbonne Univ./Univ. de Paris) en 2006 et rejoint le LPENSL en 2012. Les recherches de Denis Bartolo portent principalement sur les phénomènes collectifs dans la matière molle et active et en particulier sur les mouvements collectifs émergents, la dynamique des foules, les flux de circulation dans les milieux désordonnés et les phases topologiques en mécanique des solides et des fluides. Ses travaux, combinant expériences et théorie, l’ont conduit par exemple à réaliser expérimentalement des liquides constitués de troupeaux de microrobots capables de s’écouler spontanément. La physique de Denis Bartolo peut être tout aussi fondamentale qu’appliquée en collaboration avec des groupes industriels. Ses travaux en physique de la matière active ont été récompensés par le Prix Pierre Giles de Gennes en 2016, par le Prix Louis Ancel de la SFP en 2019, et sont soutenus par une bourse ERC Advanced de l’Union Européenne attribuée en 2020. Denis Bartolo est élu « Fellow » de l’APS « pour ses contributions expérimentales et théoriques pionnières dans le domaine de la matière active » (APS).
 

 

Cristiano Ciuti (Univ. Paris) MPQ

Cristiano Ciuti est professeur à l’Université de Paris et directeur du Laboratoire matériaux et phénomènes quantiques (MPQ, CNRS/Univ. de Paris). Ancien élève de la Scuola Normale Superiore à Pise (Italie), il obtient son doctorat à l’EPFL en Suisse en 2001, et poursuit avec un post-doctorat à l’Université de Californie (San Diego). En 2003, il devient maître de conférences à l'École Normale Supérieure (ENS) de Paris et en 2006 professeur à l'Université de Paris. Ses recherches théoriques portent sur l'interaction lumière-matière en physique de la matière condensée et sur les systèmes quantiques ouverts à plusieurs corps. Cristiano Ciuti a été nommé au cours de sa carrière membre junior de l'Institut Universitaire de France en 2010, puis lauréat de la bourse ERC Consolidator Grant en 2013 et du Prix Friedel-Volterra de la Société Française de Physique et de la Société Italienne de Physique en 2019. Cristiano Ciuti est élu « Fellow » de l’APS en 2021 pour « ses travaux théoriques pionniers sur l'électrodynamique quantique des photons et des électrons fortement couplés, et sur la dynamique des superfluides de polaritons quantiques corrélés » (APS).

 

Bernard Urbaszek (CNRS) LPCNO

Bernard Urbaszek est directeur de recherche CNRS au Laboratoire de physique et chimie des nano-objets (LPCNO, CNRS/INSA Tolouse/Univ. Toulouse – Paul Sabatier). Après avoir obtenu un doctorat et post-doctorat à l'Université Heriot-Watt d'Édimbourg, Bernhard Urbaszek rejoint le LPCNO, dans le département d’optoélectronique quantique, en 2003. Il est ensuite nommé maître de conférences à l'Institut national des sciences appliquées de Toulouse (INSA Toulouse) en 2004 avant de rejoindre le CNRS en 2008. Ses travaux utilisent des techniques de spectroscopie optique pour explorer les propriétés optiques linéaires et non linéaires de nano-structures semi-conductrices. Ses principaux travaux de recherche portent sur la dynamique du spin nucléaire détectée optiquement dans les boites quantiques semi-conductrices. Depuis 2012, il travaille sur la manipulation des états quantiques dans des nouveaux semi-conducteurs monocouches avec ses collègues du LPCNO et de nombreux collaborateurs internationaux. Bernard Urbaszek, déjà lauréat d’un ERC Consolidator Grant en 2012, est élu « Fellow » de l’APS en 2021 pour « ses contributions soutenues et significatives à la physique des interactions lumière-charge-spin dans les matériaux à basses dimensions, en particulier les boites quantiques, ainsi que les nouveaux semi-conducteurs monocouches » (APS).

 

Aleksandra M. Walczak (CNRS) LPENS

Aleksandra Walczak est directrice de recherche CNRS au Laboratoire de physique de l’ENS (LPENS, CNRS/ENS/Sorbonne Univ./Univ. de Paris). Formée à l’université de Varsovie et à l’Université de Californie, elle réalise un post-doctorat de trois ans à Princeton. Aleksandra Walczak s’installe ensuite en France. Recrutée au CNRS en 2010, elle entre au Laboratoire de physique théorique de l’ENS (LPTENS) à l’époque (actuellement LPENS). Du fonctionnement du système immunitaire au vol collectif des oiseaux en passant par la sélection darwinienne des gènes, les travaux d’Aleksandra Walczak, se situent toujours à l’interface de la physique et de la biologie Parmi ses contributions majeures : l’étude des effets de la sélection darwinienne sur la statistique des gènes. En utilisant des données expérimentales, la chercheuse s’efforce de comprendre et de modéliser comment nos défenses immunitaires identifient les pathogènes. Ses approches théoriques sur de nombreux problèmes concrets de la biologie lui ont valu des distinctions telles qu’un ERC Junior en 2012, le Grand Prix Jacques Herbrand en 2014 et la Médaille de bronze du CNRS 20162. Aleksandra Walczak est élue « Fellow » de l’APS en 2021 pour « son travail théorique perspicace sur la physique des réseaux génétiques, le comportement collectif des animaux, et en particulier les origines et la fonctionnalité de la diversité des anticorps, établissant ainsi un programme pour toute une génération » (APS).

 

  • 2. Source : https://www.cnrs.fr/fr/personne/aleksandra-walczak

Contact

Communication INP